Bienvenue au cœur de la folie

le méandre > du coin des questions que personne ne se pose > Mort ou destruction où est la perte

Mort ou destruction où est la perte

mardi 2 juillet 2013 à 16:00:00, écrit par qwrkup et corrigé par EricT, Peuf-Peuf

Nous essayons de nous moraliser sur la valeur artificielle des produits de notre société de consommation.
Mais quelle valeur a réellement un bien ? Et est-ce justifié de se moraliser pour un bien de consommation ?

La question paraît hors de propos, surtout si je rapproche la comparaison d’une boîte de petit pois détruite à la mort d’un membre de sa famille.

Mais j’ai envie de prendre le temps d’investiguer la question quelques minutes.
Nous pouvons facilement faire deux groupes de choses, les objets produits en très très grande quantité n’ayant absolument aucune valeur, et les autres qui, par leur prix, leur rareté, ou un lien sentimental ont pris une valeur importante.
De la même manière, nous pouvons mettre les gens dans deux catégories, ceux qui sont dans la société, et ne font rien de particulier, et ceux qui ont de l’importance, soit parce qu’il font partie de la famille, soit parce qu’ils font progresser l’humanité d’une manière ou d’une autre.

Soyons honnêtes 2 petites secondes, si un citoyen quelconque, appelons-le Robert (que vous ne connaissez pas), vient à mourir dans une ruelle sombre de New York, tout le monde s’en fout. Admettons 20 secondes d’empathie (anéantie en moins de temps si je vous dis qu’il n’a pas de famille vivante et aucun ami parce qu’il n’aime pas les gens.. vraiment, là, tout le monde s’en fout).

Pourquoi alors considérer qu’un humain est obligatoirement plus important que certaines choses "commerciales".
Nous attachons une valeur sentimentale aux choses, et on se le reproche (ou alors les autres s’en chargent).

Pourquoi les personnes sont-elles plus importantes ? Parce qu’elles ne seront pas toujours là. Oui sauf qu’en fait, une personne est beaucoup moins là qu’on ne le croit.
Un enfant en bas âge est de moins en moins là. Il commence avec déjà pas grand chose d’ici, mais ça diminue vite. Un bébé rondouillard ne reste pas "bébé rondouillard" bien longtemps. En peu de temps, il devient un enfant, puis un enfant qui parle, puis un enfant qui fait des conneries, puis ... etc. Même une personne adulte change, et revêt des traits en perpétuel mouvement.
Parfois même, une personne qui avait de la valeur à nos yeux perd toute valeur à cause justement de son changement.
Est-ce qu’une personne est plus importante parce qu’elle peut finir (va finir) par mourir ? Si une personne était dans tous les sens du terme "immortelle", aurait-elle ou non de la valeur ?
Et dans ce cas, doit-on se formaliser de la mort d’une personne ? Si ce n’est pas sa mortalité qui la rend importante, qu’est-ce ?

Et si on regarde les objets de notre entourage, ils finissent par être détruits rapidement. Il n’y a plus "d’épée millénaire transmise de génération en génération de père en fils depuis des temps immémoriaux" (et même là c’est stupide, avec notre raisonnement, ce genre d’objet immortel ne devrait avoir aucune valeur puisqu’il est voué à être toujours là alors qu’en fait, il a d’avantage de valeur).
En réalité, tout ce qui nous entoure finit par être détruit dans un temps bien plus réduit qu’une personne. Il ne reste pas grand chose des objets de notre enfance, et encore moins de celle de nos parents.
Les objets qui nous entourent occupent nos vies d’une manière encore plus éphémère que les personnes qui nous entourent, et pourtant non, il ne faut pas leur accorder d’importance. Même si c’est le mug offert par un ami que nous n’avons plus revu depuis 10 ans ... ou le ballon à l’hélium de cette fête foraine où nous nous sommes tant amusés et avec lequel nous avons eu tant de plaisir, tous ces souvenirs accumulés dans ce ballon qui finira par "mourir" dans 2, peut être 3 jours au mieux.

J’ai peut-être une réponse. Et si c’était la complexité qui rendait les humains plus importants que les objets. Un humain est infiniment plus complexe que tout ce qui nous entoure. Plus complexe même que les capteurs d’anti-matière du LHC (actuellement le plus gros collisionneur de particules du monde).
Mais alors, question con, si on pouvait construire quelques chose de plus complexe que le vivant, est-ce que tout ce qui vit (y compris soi-même) perdrait alors toute valeur ?
C’est absurde, il suffirait que je construise une machine infernale et infiniment complexe (peu importe son usage, tout ce qui compte c’est qu’elle soit plus complexe que l’homme) pour avoir le droit de tuer tout le monde sous prétexte que plus personne n’a de valeur.

Je n’ai pas la réponse, mais je constate seulement que rien ne justifie actuellement que n’importe quel humain quelconque ait d’office plus de valeur que n’importe quel objet quelconque.
Certains accordent beaucoup d’importance à certains objets ... doit-on les dénigrer et les juger ? Je dirais que oui, à la seule condition que vous puissiez me prouver que leurs objets ont moins de valeur que vous-même.
En attendant, je propose qu’on leur foute la paix.

Mais bien entendu ce n’est que mon opinion personnel.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Licence Creative Commons
Les méandres de l'infini sont misent à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International